Des étudiants luttent contre le gaspillage à l’Université de Neuchâtel

A l’occasion de le Semaine de la durabilité de Neuchâtel (SDNE) et malgré une météo capricieuse, la distribution traditionnelle d’invendus a rassemblé mardi 6 mars une quarantaine d’étudiants venus dénicher un casse-croûte gratis.

« J’ai appris que la RTS viendra pour nous interroger ». Le ton est donné par Aurélie qui est en charge de la récupération d’invendus dans différents commerces neuchâtelois. « Le marché débute à 13h à l’atelier vélo ». Rendez-vous est pris !

Récupérer, redistribuer plutôt que jeter

Mis en place à l’automne 2012 suite à la création de l’association AED (Alternative Etudiante Durable), la distribution d’invendus a pour objectif d’ « engager une réflexion sur le gaspillage alimentaire et la récupération en questionnant nos modes de consommation et notre rapport à l’environnement ».

Ainsi chaque semaine, un groupe d’une dizaine d’étudiants sillonne les rues neuchâteloises à la recherche d’aliments parfaitement consommables mais destinés à terminer aux ordures. Des carottes biscornues et cabossées, des salades légèrement flétries ou des boulangeries « moins fraiches que la veille », rien n’échappe à la charrette de ces étudiants qui ont réussi à établir une relation de confiance avec les commerçants locaux.

« Ces denrées nous sont données par différents fournisseurs : des maraîchers de la place des Halles à Neuchâtel, des boulangeries, des épiceries de la ville et des agriculteurs du Seeland. La marchandise est consommable, mais n’a pas le bon calibre, la date de péremption est dépassée ou un des six œufs est cassé dans la boîte » explique les membres de l’association. Ce marché informel permet ainsi aux étudiants de disposer gratuitement de denrées qu’ils auraient eu à payer en temps normal.

Un moment de partage

Si la distribution d’invendus est pour  ces jeunes l’opportunité de faire ses courses gratuitement entre les heures de cours, la distribution représente également un moment de partage et d’échange avec les autres étudiants. Ainsi malgré un temps hivernal et une pluie diluvienne, une quarantaine d’étudiants ont surmonté le froid pour s’abriter en plein air, sous tente. « C’est la fête à la grenouille mais on est là » plaisante Héléna, étudiante en géographie. « La distribution des invendus c’est un moment de partage, on a l’opportunité de manger un petit truc gratis et de rencontrer de nouvelles têtes » explique une étudiante en lettres qui intriguée, a fait demi-tour pour comprendre les raisons de cet attroupement.

Malgré une météo capricieuse, presque tous les aliments ont trouvé chaussure à leurs pieds ! La fête était d’autant moins maussade puisqu’interpelée par cette initiative, une équipe de la RTS est venue filmer la récupération et la distribution des invendus, saluant au passage cette démarche citoyenne.

« L’engouement pour l’association est positif. Tous les soutiens que nous avons reçus nous confortent dans l’idée que notre approche, si elle joue un rôle social implicite et concret, permet avant tout d’instaurer une solidarité et de valoriser l’acte citoyen libre. Si ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de gaspillage, il s’agit avant tout d’amorcer une réflexion collective sur notre rapport à l’environnement » commentent les membres de l’association.

Les curieux qui n’auraient pas eu l’opportunité d’assister aux événements proposés dans le cadre de la Semaine de la durabilité à Neuchâtel peuvent encore se rattraper ce vendredi 9 mars puisqu’une table ronde et une Disco’soupe sont au programme.

Pour plus d’informations : https://www.sdne.ch/

E.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *