Berne confirme sa place de leader

Malley 2.0, la patinoire provisoire de Lausanne accueille Berne, premier au classement de National League. L’ours bernois doit confirmer sa place dominatrice dans ce championnat de hockey sur glace. Lausanne reste sur une série de 4 victoires, la rencontre s’annonce spectaculaire.

Photo: ©SwissHabs (voir ici)

L’ours a mangé du lion en guise d’entrée

Ce vendredi soir, la partie ne commence pas sur les chapeaux de roues. Effectivement, le jeu est assez terne. Les équipes manquent à plusieurs reprises leurs tirs, bien que l’intensité soit au rendez-vous, « on n’a pas mal commencé les 5 premières minutes » souligne Cristobal Huet, le gardien lausannois. Voilà qu’il encaisse un premier but alors qu’il est laissé au dépourvu par son équipe. Moins de 3 minutes après, Thomas Ruefenarcht, l’attaquant bernois, vient loger le puck au-dessus de l’épaule du portier vaudois. Le même joueur quelques instant plus tard seul face à Huet le trompe d’un « five-hole », autrement dit, d’un puck entre les jambes, « il y a de la frustration, des buts sur déviation, ils ont de la réussite ». 3-0, le public lausannois est muet. Tout comme son équipe, qui encaisse le 4-0 une trentaine de secondes plus tard, « c’est frustrant, ça fait longtemps que je n’ai pas joué, encaisser 4 buts c’est jamais l’idéal », Cristobal est déçu. Autant le dire tout de suite, Lausanne est fantomatique, « on en a oublié les bases ». Ce soir ce n’est pas du grand hockey auquel on s’est habitués qui nous est présenté, que ce soit du côté bernois ou bien lausannois. « On va analyser ce match ainsi que les buts pour revenir meilleur » affirme le gardien vaudois.

Lausanne réagit difficilement

Les deux équipes griffent à nouveau la glace avec un changement du côté lausannois : l’emblématique gardien de 39 ans Cristobal Huet cède sa place à Sandro Zurkirchern. 4 buts en 17 lancés, bien que ce soit cruel, au hockey sur glace ce n’est pas suffisant. À 5 contre 4 aussi, Lausanne est étouffé par son adversaire, décidément plus fort. Il en faut tout de même plus que ça aux supporters lausannois, qui poussent leur équipe encore et encore. Les Vaudois se sont repris, ils parviennent même à mettre le puck au fond des filets bernois mais l’arbitre en décide autrement et annule un but qui semble tout à fait valable. C’est l’incompréhension de plus côté lausannois, d’autant plus que plusieurs pénalités devraient déjà avoir été sifflées contre les ours, « les arbitres ont sifflé par à-coup ce soir ». La frustration s’empare de Loïc In-Albon, le jeune de 20 ans en vient aux mains face à Untersander. « Les Bernois n’avait plus besoin de marquer de buts, il y a un léger relâchement, ils se concentrent sur le jeu défensif. On a quand même mis la pression ». À 4 contre 4, Pesonen manque la cage vide, le club vaudois ne se remet pas de la claque infligée en première période. Le Zurkirchern des grands jours remet son équipe sur les bons rails alors que Gaëtan Haas va se calmer sur le banc de pénalité. Lausanne installe son jeu de supériorité, Dario Trutmann arme son tir et y met tout son cœur, quitte à en tomber. Ryser en profite pour dévier ce tir au-dessus de la mitaine de Leonardo Genoni.

Une nouvelle partie commence

La troisième période commence, Berne a un joueur de plus sur la glace. C’est un nouveau match de hockey qui démarre, « on a mieux joué, on a remis de l’impact physique ». Intensité et suspense sont au programme. Lausanne manque pour la deuxième fois une occasion inratable, « on a quand même réussi à mettre en difficulté Genoni » affirme le gardien français à licence suisse. D’ailleurs, Genoni sort le puck du patin d’un geste magnifique, la désillusion est Lausannoise. Voilà un match comme on les aime, d’un côté à l’autre de la patinoire les joueurs sortent le grand jeu. Le duel qu’on attendait se présente enfin à nous. Lausanne mène le jeu, les jeunes Kneubuehler, Simic et In-Albon font preuve de beaucoup de lucidité et offrent les étincelles qui permettent à Lausanne de prendre feu. Ce soir, nul doute, Zurkirchern démontre qu’il est largement capable de tenir la cage vaudoise en place. Le surnommer « le mur » ne serait pas de trop. Lausanne manque clairement de réussite, une canne, un patin et même le poteau, qu’est-ce que Lausanne n’aura pas touché ? Le fond des filets ou en tout cas pas assez. Huet rajoute que « si on avait joué tout le match comme la troisième période, on aurait pu aller chercher quelque chose ».

En manque de chance, Lausanne n’a pas su réagir et laisse les 3 points de la victoire à Berne, qui consolide sa première place. Le club de la capitale peut remercier Genoni, le portier a clairement fait la différence. Cette fois, « ils ont su maitriser le match ».

JT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *