Travailleurs de la terre et de la mer

Deux mondes entièrement différents, et pourtant tellement similaires : la vie d’une famille paysanne lucernoise et celle d’une famille insulaire grecque. Exerçant plusieurs emplois à la fois pour s’en sortir, entre le yodel suisse et le bouzouki grec, la vie dans les traditions est semblable, dans des contextes différents. Ce sont des détails qui rapprochent deux mondes à l’opposé. Reportage photo dans la région de l’Entlebuch à Lucerne et sur l’île de Leros, en mer Egée, pendant les mois de juin et août 2017.

Photographies: ©Théophile Bloudanis

L’Entlebuch et Leros

Dans la région de l’Entlebuch, près de Lucerne, les Felder vivent dans la tradition helvétique omniprésente : Rupert le père fait partie d’un cœur de yodel, Karin la mère est membre de l’église, le fils aîné, Pirmin, est terrassier et sergent dans l’armée. Un monde presque stéréotypé. Le père s’occupe de leur terre, de leurs vaches et exerce également le rôle de tuteur auprès de personnes dans la région, ce qui lui permet de subvenir entièrement aux besoins de la famille. En effet, le prix du litre de lait ne dépasse en moyenne pas les 50 centimes, prix qui n’est pas rentable pour les producteurs de cette région. De ce fait, en plus des subventions accordées aux paysans, les Felder exercent certaines activités qui leur permettent de s’en sortir. La famille possède un alpage en haute montagne où, chaque été, ils déménagent leurs vaches, ce qui demande d’assez gros moyens de transports.

À deux mille kilomètres de là, sur l’île de Leros en mer Egée, les Giannakos, tentent de s’en sortir dans un pays qui vit depuis près de 9 ans une crise économique sévère. Manoli, le père, exerce simultanément trois métiers : il s’occupe de sa terre et de ses animaux, il est pêcheur, et enfin maçon, travail qu’il exerce à l’occasion. Evdokia, la mère fait des pâtisseries qu’elle vend sur l’île. La famille vit aussi dans un cadre traditionnel : ils font de la musique populaire grecque et participent à des fêtes sur l’île. Le Manoli fait du bouzouki, le fils, Giannis, du violon et la fille, Argiroula, du synthétiseur.

Deux familles éloignées par la distance et vivant dans des mondes à priori très différents : une culture campagnarde nord-européenne et grecque insulaire. Pourtant, même si nos Grecs sont plus « bricoleurs » et nos Suisses davantage « propre en ordre », les gestes, les travaux et les jours se ressemblent… Les Felder et les Giannakos se rapprochent par leur travail. Elevage d’animaux (vaches et chèvres), multiples activités et emplois pour arriver à subvenir à leurs besoins.

TheBlue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *