Vanessa Schindler, l’étoile montante de la mode suisse

Photo : Myriam Ziehli

La HEAD – Genève fête ses 10 ans et son défilé annuel a eu lieu le 18 novembre à l’espace Hipponème. Rencontre avec la Fribourgeoise Vanessa Schindler, jeune styliste lauréate du prix HEAD Master Bercedes-Benz.

Des styles qui diffèrent fortement les uns des autres, c’est ce que le public a pu admirer durant le défilé des vingt collections bachelor ainsi que des 5 collections master. Chaque étudiant a son univers artistique propre, explique Julie-Vanille Montaurier, étudiante en master. « Nous étions très soudés, même avec les bachelors. On s’aidait beaucoup » rajoute-t-elle.

Un jury composé de 7 personnes, toutes travaillant dans le milieu de la mode, présidé par le célèbre designer et directeur artistique de Lacoste, Felipe Oliveira Baptista a jugé les étudiants et leur ont discerné deux prix. Le premier prix est revenu à Dan Dwir, avec son travail de bachelor « Utopia ». Vanessa Schindler, a quant à elle remporté le prix HEAD Master Mercedes-Benz, d’une valeur de 10’000 francs, grâce à sa collection originale, intitulée « Urethane pool, chapitre 2 », alliant tissus et uréthane, une nouvelle matière crée par elle-même.

  • Pourquoi es-tu venue étudier à Genève ? Comment t’es-tu orientée vers la mode ?

J’ai décidé de faire cette école juste après ma maturité gymnasiale. J’ai toujours été passionnée par le design et c’est en faisant des recherches sur les différentes écoles que je me suis intéressée à la HEAD – Genève. En visitant l’école, cette formation m’a semblée une évidence. J’avais l’impression que c’était exactement ce qui me correspondait: de la recherche sur les textiles, des manières nouvelles de monter des vêtements, et surtout ce travail sur le corps.

  • Tu as créé un nouveau tissu : l’uréthane. Peux-tu nous le décrire et expliquer comment tu es arrivée à cette invention?

Mon parcours d’étudiante a été assez long. J’ai fait une année propédeutique, puis un bachelor en design mode à la HEAD. Ensuite je suis partie deux ans faire différents stages dans des maisons; chez Etudes Studio et Balenciaga, à Paris et enfin chez Henrik Vibskov, à Copenhague. J’ai eu envie de revenir à la HEAD pour commencer un master et utiliser tout ce que j’avais appris en stage pour proposer de nouvelles collections. Je suis également arrivée avec un but: développer une nouvelle technique de montage qui puisse être faite du début à la fin en atelier. J’avais envie de trouver une matière qui soit souple et qui puisse être moulée et après pas mal de recherche j’ai découvert l’uréthane. Ceci m’a permis de mouler des parties textiles, de joindre des pièces, et d’appréhender un nouveau vocabulaire de finitions dans le vêtement. Cette collection de master, appelée Urethane Pool, chapitre 2 est le résultat de ces deux années de recherches.

  • Comment as-tu financé les tissus, le matériel que tu as employé pour tes recherches et tes créations ?

J’ai travaillé à côté de mes études et j’ai été aidée financièrement par ma famille.

  • Ton travail est-il vraiment personnel ou bien as-tu été influencée par les attentes des professeurs? S’il n’y avait pas eu de notes par exemple, aurais-tu fait exactement la même chose ?

J’aurais exactement fait ça, note ou pas note, car je pense que ce master est vraiment un investissement personnel. J’ai été bien évidemment guidée par mes professeurs mais je suis restée fidèle à mes envies.

  • J’ai pu lire que ton travail avait emmené le jury « ailleurs » et que les membres l’ont vraiment apprécié. Comment t’es tu sentie après ça? As-tu pu échanger avec Monsieur Baptista?

Après la remise des prix, j’étais très émue évidemment et j’avoue que ça m’a donné envie de foncer! J’ai eu l’occasion de rencontrer Felipe Baptista en juin car il était aussi le président du jury de notre bachelor. J’ai été très touchée par son ouverture d’esprit et sa sensibilité.

  • Maintenant ton master terminé, quels sont tes projets ? Comptes-tu te lancer directement de manière indépendante ou bien aimerais-tu travailler pour un créateur?

Je fais différentes activités en ce moment! Je me concentre sur les dossiers pour les concours de mode. Je travaille à mon compte dans mon atelier à Renens, je donne un cours en année propédeutique à Genève, et je collabore avec des artistes sur des projets d’expositions. J’aimerais beaucoup pouvoir faire vivre cette collection mais ça dépendra beaucoup des concours…

MMY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *