Lecture Académie : la lecture pour le plaisir

Face aux statistiques et on-dit toujours plus persistants qui affirment que « les jeunes lisent de moins en moins », une association de bibliothécaires fribourgeois lance  « Lecture Académie », un concours de lecture à voix haute destiné aux élèves des classes de 7H (5ème primaires), qui doit promouvoir la lecture et l’éloquence auprès des jeunes du canton.

Le concours soutenu par le canton et différents sponsors est une première en Suisse Romande alors que cette pratique est courante en France depuis des années, et qu’elle a également séduit nos voisins en Suisse alémanique.

Angélique Joye, responsable des bibliothèques de lecture publique du canton de Fribourg nous en dit plus sur le concept : « L’idée du concours remonte à 2013. C’est une petite équipe de bibliothécaires passionnés qui en est à l’origine. Le concours s’inspire de son équivalent français, les Petits champions de la lecture, qui est très populaire sur tout le territoire français. ».

Promouvoir la lecture et valoriser l’oral

Les motivations et les objectifs recherchés à travers ce projet paraissent ainsi évidents : « Le but est de promouvoir la lecture auprès des jeunes, mettre la lecture plus en valeur auprès du public, apprendre aux enfants à identifier leurs goûts en la matière, encourager les élèves à fréquenter les bibliothèques et les librairies, etc. ».

Développer le plaisir de lire certes, mais cette initiative a une répercussion sur la rhétorique des enfants.: « Il est primordial de valoriser l’oral très tôt chez les enfants », estime Angélique Joye « S’exprimer en public est un exercice périlleux, qui rebute bien des adultes. C’est essentiel de le désacraliser par le jeu, pour développer les compétences de l’oralité chez les plus jeunes. »

Le projet s’érige ainsi en rempart contre la digitalisation et le numérique qui poussent les jeunes à fuir le livre papier : « Le concours permet de présenter la lecture comme quelque chose de ludique, qui se partage et qui pousse à l’échange. Par contre, il ne faut pas considérer la digitalisation et la technologie comme des ennemies, mais plutôt comme des opportunités pour diffuser des démarches auprès du plus grand nombre. »

Déroulement du concours

Le concours qui était jusqu’à présent destiné aux enfants des classes de 7H du canton de Fribourg, pourrait également être étendu dès l’année prochaine aux 6 et 8H (élèves de 4P et 6P). Des sélections ont lieu entre les mois de mars et de mai dans différentes régions du canton de Fribourg. « Cette année, chaque participant a pu assister à un atelier de lecture avec la comédienne Isabelle-Loyse Gremaud au Théâtre des Osses. Pour la finale qui aura lieu le 11 juin à la Bibliothèque cantonale et universitaire, une brochette de personnalités fribourgeoises sera membre du jury ».

Notre interlocutrice précise encore les critères d’évaluation : « le participant doit lire un extrait de livre qu’il a lui-même choisi durant 3 minutes. Le concours vise à faire prendre conscience du pouvoir de la voix et de la musicalité des mots. Les critères sont par exemple la capacité de l’enfant à entrer en contact avec son auditeur, par le regard, le geste, la façon dont il pose sa voix, le jeu des silences, ou l’expressivité qu’il insuffle à son texte ».

Perspective d’avenir

Si l’initiative séduit les plus jeunes (une centaine d’enfants y a participé l’année dernière), l’association ne pense pas généraliser et étendre le projet aux adultes. « L’idée est intéressante, mais nous ne disposons pas des ressources nécessaires… humaines et financières. De plus, du moins dans le milieu des bibliothèques, il est plus difficile de capter les adultes… ».

E.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *