L’influence d’un évènement tragique sur la vie : ce qui change et ce qui reste au quotidien

Début novembre des terroristes ont attaqué plusieurs sites à Paris, tuant 130 personnes. Les jours suivants la capitale était silencieuse. Presque tous les endroits étaient fermés et de nombreux artistes ont annulé leurs spectacles. Près de trois semaines après les attentats, le cours de la vie reprend gentiment. Mais qu’en est-il de Paris?

photo article

Depuis le 13 novembre, la France est en état d’urgence. La mesure décrétée par François Hollande devait durer trois jours ; elle a vite été prolongée à trois mois. Rencontre avec Carla, étudiante de 21 en stylisme et modélisme dans une école privée. Cette jeune femme, habitant à Paris, nous décrit l’ambiance de la capitale, et comment elle vit cette période très particulière.

 

L’article.ch : Dans ton école, je suppose qu’il y a une forte solidarité. Est-ce qu’il y a un peu moins de tension que dans la ville en générale?

Carla : Dans notre école on ressent un certain malaise, des personnes ont perdu des proches. Ça demande du temps pour accepter ce qu’il s’est passé. Elle est assez petite et  on forme une sorte de grande famille, on est solidaires. Maintenant des vigiles sont devant l’entrée, et toute l’équipe est là pour nous rassurer. Ça crée une certaine sérénité.

L’article.ch : Pour toi sortir, aller dans les bars, profiter de la vie, est-ce que c’est un signe de résistance pour montrer que les Parisiens sont plus forts que Daech ?

Je n’ai pas eu l’opportunité de sortir depuis les événements, mais ce n’est pas pour eux que je vais m’arrêter de vivre. Sortir, de base, ce n’est pas de la résistance, c’est vivre tout simplement. Et s’ils s’attendent à ce que les Parisiens renoncent à fêter alors ils sont vraiment à côté de la plaque. Paris ne s’arrêtera jamais de vivre ni de profiter de la vie. C’est impossible, avant de devenir un signe de résistance c’était déjà dans nos gènes !

L’article.ch : Penses-tu que la France est en guerre, et si oui est-ce que tu penses que ça va se calmer?

C’est la France et le monde entier qui sont en guerre  contre le terrorisme. Mais elle n’est pas nouvelle, elle existe déjà depuis quelques années, et de graves évènements se sont produits (pour citer le plus célèbre, le 11 septembre 2001, ou à Paris en 95 avec les attentats à la bombe dans le métro, j’y étais à l’époque). Malgré cela, notre pays possède un service d’ordre et une armée. J’espère très sincèrement qu’il mettra dès à présent le maximum en place pour optimiser notre sécurité

L’article.ch : Je suppose que beaucoup de vigiles ont étés déployé, est-ce que tous les quartiers en bénéficient ?

J’ai beau scruter les rues, regarder attentivement par les vitres de mon bus, je ne vois pas plus de policiers ni de militaires qu’avant. Beaucoup d’écoles publiques ne bénéficient pas de leur protection non plus… En revanche les quartiers plus populaires et touristiques sont protégés, parce que ce sont ces endroits qui sont les plus visés.

L’article.ch : J’ai vu que l’assemblée nationale a décidé de prolonger l’état d’urgence pour 3 mois.  D’après toi, est-ce une bonne chose ?

Vivant à Paris, je suis tout de même rassurée que l’état d’urgence soit prolongé, ce n’est pas négligeable! Plusieurs mois se sont écoulés entre les attentats de Charlie Hebdo et ceux du Bataclan, les terroristes savent faire preuve de patience. J’aurais aimé qu’il y ait plus de mesures de sécurité. Si le gouvernement avait plus filtré les individus potentiellement dangereux, on aurait peut-être pu déjouer cet attentat. Mais je pense que même si on vivait sous un système de protection parfait, il y aurait tout de même des failles.

C.Matter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *