Wimbledon 2015 : la dernière chance de Federer ?

 

 

Le dimanche 12 juillet, toute la Suisse rêvait d’un 18ème sacre de Roger Federer en Grand Chelem. En effet, Federer y disputait la finale de Wimbledon, le tournoi qui l’a vu écrire les plus belles pages du tennis mondial. Fedex, qui visait un 8ème sacre à Londres, s’est incliné sur le score de 7-6(7-1) 6-7(10-12) 6-4 6-3 contre le numéro un mondial, Novak Djokovic.

Un parcours sans accroc

Il y avait pourtant de quoi y croire pour Roger Federer. Tout au long de cette quinzaine londonienne, le Suisse a véritablement marché sur l’eau, à l’image de cette demi-finale jouée contre Andy Murray, autre grand favori du tournoi. Durant cette demi-finale, Federer a joué comme à ses plus belles heures. Les statistiques parlent d’elles-mêmes, 56 points gagnants et uniquement 11 fautes directes pour une victoire en 3 sets, avec uniquement un break concédé par le Bâlois.

Rodgeur n’a pas concédé le moindre break avant son quart de finale aisément remporté face au français Gilles Simon. Avant d’arriver en finale, le Suisse n’a également perdu qu’un seul set et ceci contre le canonnier australien Sam Groth, recordman du service le plus rapide de tous les temps. Malgré ce set perdu, Groth n’a été qu’une formalité pour l’actuel numéro 2 au classement ATP.

Avec un tel parcours, tous les espoirs sont permis, d’autant plus que si Roger Federer réédite sa performance de la demi-finale face à Andy Murray, nulle ne semble capable de le battre, même Novak Djokovic, qui présente un bilan 2015 de seulement 3 défaites pour 41 victoires avant le début du tournoi.

Une finale en deux temps

Lors de la finale, Federer avait pourtant bien débuté le match en signant le break lors du 6ème jeu, avant de voir le Serbe recoller au score. Le Suisse pourra également regretter les 2 balles de set que sauve Djokovic à 6-5. Un tie-break raté du Suisse, permet au Djoker de remporter ce premier set sans réellement dominer, bien au contraire. Lors de la seconde manche, pas de break et donc tie-break. Cette fois-ci, c’est Roger Federer qui retourne la situation en remportant le set après 7 balles de sets sauvées. A ce moment précis du match, tous les espoirs sont permis pour le Suisse, qui se voit même avoir une balle de break dès le premier jeu de service du serbe. Djokovic souvent le plus fort sur les points important sur cette finale, se voit faire le break à sa première opportunité, pour par la suite ne plus lâcher cette avantage et remporter la troisième manche. La quatrième manche a été en sens unique, avec deux breaks pour Djokovic qui remporta son 3ème Wimbledon et son 9ème Grand Chelem. Sur l’ensemble du match, Federer ne peut pas nourrir énormément de regrets, même si ses 35 erreurs directs pèsent lourd dans la balance. Federer n’a clairement pas fait son meilleur match du tournoi, au contraire de Djokovic, qui a joué  un cran au dessus de ce qu’il a montré tout au long de la quinzaine.

 

Djokovic peut-il aspirer à dépasser Federer ?

Avec désormais 9 titres du Grand Chelem, à l’apogée de sa carrière et sans grande concurrence, on peut penser que Novak Djokovic  aspire désormais à dépasser le record de Grand Chelem de Federer. A rappeler que le Bâlois est bloqué depuis 3 ans à 17 titres Majeurs. Néanmoins, on remarque que Djokovic a bien du retard sur Federer qui remporta son 9ème titre du Grand Chelem à l’âge de 25 ans, pour 28 chez le Serbe. De plus, le type de jeu de Djokovic est bien plus physique que celui de Federer. On peut penser que Djokovic subira le même déclin qu’est en train de subir Nadal, il est certain qu’avec l’âge, le serbe ne pourra pas garder son physique indéfiniment, tout en sachant que c’est un des gros facteurs de son succès bien plus que Federer ou encore Sampras qui ont brillé sur la durée.

Un des points importants en ce qui concerne la possibilité du Djoker a battre un jour le record de Majeur de Federer, concerne la concurrence. En effet, à l’heure actuelle, les jeunes joueurs ont dû mal à émerger. Pour empêcher Djokovic d’atteindre les records auxquels il aspire, il faudrait que des joueurs tels que Coric, Kyrgios ou encore Thiem réussissent à faire ce que d’autres comme Nishikori, Dimitrov ou Raonic peinent à faire : gagner un grand tournoi au détriment du Big Four.

La dernière chance de Federer ?

Si Djokovic a encore de belles années devant lui, Roger Federer vient certainement d’échouer à ce qui pourrait être l’une de ses dernières chances de soulever un Majeur. A bientôt 34 ans (le 8 aout prochain), Rodgeur, qui prendra certainement sa retrait après les Jeux Olympiques de Rio en 2016, a manqué une grande chance d’étoffer son riche palmarès en Grand Chelem. On le sait, la surface qui convient le mieux au jeu d’attaque de Federer est le gazon. Il est parfois difficile de penser qu’il pourrait remporter un grand tournoi sur une surface lente comme la Terre Battue de Roland-Garros. Néanmoins, le jeu de Fedex s’ajuste également bien sur surface dure et on peut logiquement penser que le Suisse jouera un des premiers rôles à l’US Open.

Il faut également savoir, que le jeu de Federer n’est pas autant basé sur le physique, ce qui est le cas pour d’autres immenses champions actuels comme Nadal, Djokovic ou Murray, qui auront sûrement de la peine à tenir aussi longtemps au top niveau. Federer fait la différence grâce à son talent tennistique et sa vision du jeu hors du commun. Ses atouts là, il les conservera sans aucun doute jusqu’à la fin de sa carrière. Federer jouera donc certainement un rôle jusqu’au jour où il décidera de prendre sa retraite. Il peut donc prétendre à la victoire sur chaque tournois auxquels il participera. L’Us Open reste une bonne chance, pour le Suisse, étant donné qu’actuellement il n’y a que Djokovic qui lui semble vraiment au dessus. Le Serbe n’est pas invincible, une mauvaise surprise peut toujours survenir, comme ce fut le cas l’année dernière face au japonais Kei Nishikori, reste à Fedex d’en profiter. Une élimination de Djokovic pourrait profiter à Federer, Wawrinka ou encore Murray qui sont les potentiels vainqueurs derrière le numéro 1 mondial, suite à  la baisse de régime des Nadal, Dimitrov, Nishikori ou encore Raonic.

Le tennis suisse au sommet

Outre la finale de Roger Federer, le tennis suisse se porte bien. Stanislas Wawrinka , vainqueur de Roland-Garros 2015, s’est arrêté en quart contre le français Richard Gasquet, dans un duel dans lequel il aurait pu sortir gagnant. Le vaudois peut tout de même tirer un bilan positif de ce tournoi, étant donné que le gazon n’est pas la surface qui lui réussit le mieux.

Chez les femmes, Timea Bacsinszky a confirmé sa forme actuelle en ralliant les quarts de finales après avoir éliminé l’allemande Sabine Lisicky, ex finaliste dans ce même tournoi de Wimbledon. La vaudoise, qui, grâce à son beau parcours londonien, est montée à la 14ème place mondiale et a la 9ème place au classement Race, a perdu face à la finaliste, l’espagnole Muguruza. Belinda Bencic quant à elle, a perdu contre l’ex numéro 1 mondial Azarenka en 1/8 de finale. Cette belle performance qui a suivi son premier titre à Eastbourne lui permet d’occuper la 21ème place mondiale, la meilleure place de sa jeune carrière. L’Argovienne Stefanie Vögele n’a, quant à elle, pas passé l’écueil du premier tour, s’inclinant en 3 sets contre la jeune américaine Madison Keys (18ème mondiale). Autre belle performance, celle de Martina Hingis, 34 ans, jouant désormais uniquement en double, a remporté le titre tant en double dame avec l’indienne Sania Mirza qu’en double mixte avec le vétéran indien Leander Paes (42ans).

Tous ces bons résultats sont de bons augures pour la tournée américaine avec, comme point d’orgue,  l’Us Open qui se déroulera du 31 aout au 13 septembre.

F.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *