Situation post-Charlie Hebdo : amalgame religion musulmane/islamisme radical, qu’en est-il ?

Les attentats du 07 janvier 2015 à Paris contre l’équipe du journal satirique Charlie Hebdo ont tué 11 personnes dont 8 membres de la rédaction. Les auteurs agissaient au nom de la religion musulmane pour venger les caricatures faites par ce journal du prophète Mohamed (psl). Ceci a provoqué une montée de l’islamophobie et attiré à la haine dans certains milieux en occident et ailleurs. Gros plan sur cet amalgame entre l’islam pacifique et radical.

Photo: Web Après les attaques contre Charlie Hebdo, il n’est pas exagéré de dire que la peur s’est installée même dans les grandes villes européennes et américaines. Les pays en tête dans le combat contre le terrorisme à travers le monde ont renforcé, à l’image de la France, leur sécurité intérieure pour éviter plus que jamais l’horreur similaire à Charlie Hebdo. Les terroristes ayant réussi à frapper en plein cœur de Paris avec sang-froid durant une matinée, cela est inédit. Les réveils du lendemain ont été difficiles, car la quiétude et la joie de vivre ont laissé place à la stupeur et à l’incompréhension. Mais, l’élan de solidarité et de cohésion qui s’est créé par la suite, a témoigné que les pays occidentaux sont plus que jamais déterminés à remporter le combat contre le terrorisme, et surtout à ne pas reculer sur les front engagés partout dans le monde pour enrayer le fléau.
L’unité nationale contre la menace terroriste a réussi à faire oublier l’affront et l’humiliation du 07 janvier subi par la France. Même si les auteurs ont été tués, le mal est profond, et les interrogations restent multiples sur l’efficacité de la sécurité publique.
La vague de colère contre l’attaque de Charlie Hebdo a été au point que certains ne se sont pas gênés à associer la religion musulmane à ces comportements isolés. Les gens convaincus de leurs engagements personnels n’hésitant pas à tuer des masses au nom de l’islam, font générer le sentiment d’islamophobie au sein des populations. L’amalgame entre l’action des fondamentalistes et des modérés trouve sa justification par le fait que les auteurs des attentats contre Charlie Hebdo ont avancé des motivations religieuses.
L’affaire Charlie Hebdo a ainsi donné un sérieux coup d’épreuve à la paix entre les religions en occident. La peur de l’endoctrinement de jeunes hommes pour leur entrainer dans des entreprises de tuerie des « mécréant », selon les termes des organisations djihadistes, devient une préoccupation majeure des pouvoir publiques. Le souci est tel que les départs de jeunes pour aller combattre sur des terrains en Syrie et en Irak, sont considérables. Le retour au pays de ces nouveaux convertis ne maitrisant ni les valeurs morales, ni les préceptes écrits de l’islam, devient l’une des menaces sérieuses à la sécurité intérieure.
Il est aujourd’hui important de rappeler les fondamentaux de la religion musulmane mais aussi sa position affichée par rapport aux autres croyances. L’islam désigne une religion abrahamique au même titre que le judaïsme et le christianisme, qui s’articule autour du Livre, le Coran. Il est considéré comme la parole d’Allah transmise à Mohamed, le prophète de Dieu. Il est régie par des piliers au nombre de cinq : la foi en un Dieu unique et la reconnaissance de Mohamed comme son messager, l’accomplissement de la prière quotidienne et ce, cinq fois par jours, la charité envers les nécessiteux, le respect du jeûne lors du mois de ramadan, le pèlerinage à la Mecque au moins une fois dans sa vie, si on a les moyens. Et pour marquer la fin du djihad ou le combat contre les mécréants du temps du prophète Mohamed (psl) et consacrer la liberté religieuse, il a bien été mention dans le Livre sacré : « À vous votre religion et à moi la mienne. » (Coran 109:6)
En revanche, l’islamisme est un courant de pensée musulman. Principalement politique, c’est une idéologie faisant l’apologie de la Charia. La Loi islamique représente une multitude de normes sociales, culturelles et relationnelles que les musulmans sont censés appliquer. Il existe plusieurs manières d’interpréter les textes de la Charia, ce qui explique l’existence de plusieurs courants et ce fait, l’existence de groupuscules extrémistes dont les plus redoutables aujourd’hui sont Al-Quaida, Daesh, Bokko Haram et le Hezbollah.
Ces organisations sont autofinancées et les origines des moyens et les conditions de mobilisation des équipements et la logistique restent très complexes à remonter. Il s’agit d’organisations avec plusieurs têtes de fil assurant le recrutement, la formation et l’encadrement de groupes de jeunes sensibles à leur cause. Ces groupes symbolisent donc l’action de l’islamisme radical mais ne représentent en aucun cas la pensée collective de la communauté musulmane mondiale. Il est donc essentiel aujourd’hui de la part de chacun et notamment des pouvoirs publics de ne pas associer la religion musulmane dans le combat contre ces mouvements indépendants dans un soucis de garantir la paix et le dialogue entre les religion afin de mieux sauvegarder la stabilité dans le monde.

Tdiang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *