Neuchvox, lorsque expression rime avec passion

“Là où les murs ont des oreilles, les trottoirs ont une parole !”. Depuis sa création en 2011, la radio locale Neuchvox combine liberté d’expression, sujets d’actualité et bon son. Rencontre avec ceux qui la font vivre et vibrer.


Créée en 2011 à l’occasion du millésime de Neuchâtel, Neuchvox est née d’une collaboration entre le Parlement des Jeunes et l’Université. Devenue une association, cette radio qui diffuse 24h/24h sur le net s’articule autour de plusieurs émissions présentées par de jeunes animateurs passionnés. Avec son local ouvert sur la rue, Neuchvox est au plus près de ses auditeurs. Cet aspect “vitrine” renforce la proximité et permet aux passants de s’arrêter écouter en direct les interviews d’artistes ou l’émission en cours d’enregistrement.
Le ton est léger, drôle, et surtout, personnel. C’est ce qui fait la singularité de la webradio : chacun peut exprimer son opinion en toute liberté et parler de ce qui lui plaît (ou déplaît).
Vânia, membre du parlement des jeunes, le confirme : “Ce sont des gens passionnés par ce qu’ils font et ce qu’ils disent”.
Afin de mieux comprendre le fonctionnement de Neuchvox, Larticle.ch s’est intéressé aux deux émissions hebdomadaires : Nobody Cares, représentée par Aicha ainsi qu’Ultrason, dont le porte-parole est Renaud. “Nobody Cares c’est l’émission des personnes, comme nous, qui prennent très au sérieux des sujets dont tout le monde se fiche” entame Aicha pour présenter l’émission. Chaque deuxième lundi du mois, Aicha et Antoine se passent ainsi la parole autour du cinéma, des séries télévisées (notamment américaines), des comic books ainsi que des stand-up : “La complémentarité entre Antoine et moi durant nos émissions est très importante”.
RadioKawa, récente entité généraliste qui produit une dizaine d’émissions, est en collaboration avec Neuchvox et co-produit Nobody Cares. Ce partenariat est important et permet une plus grande visibilité à la radio. Environ deux heures de parole, ponctuées par des vannes, une playlist musicale ainsi qu’une réelle discussion mise en place par les animateurs. Aicha insiste, à juste titre, sur l’importance de ce partage de passion au travers d’une réflexion personnelle, d’une liberté de ton et d’angles de vue adoptés nécessaires à une émission culturelle.
Cet impact communicationnel se répercute également via les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, véritables machines informationnelles en direct permettant une interaction entre l’audimat et les animateurs.
Évènement annuel phare de Neuchâtel, le NIFFF est couvert depuis trois ans par Neuchvox qui, pour l’occasion, consacre trois à quatre émissions en une semaine au festival. Une double réussite puisque Nobody Cares fait la promotion du festival et que celui-ci, de par sa renommée, permet aux animateurs de rencontrer des personnalités influentes et des professionnels.
Et la suite? “On continue sur ce qui marche et ce qui nous plaît”, affirme Aicha avec conviction.

C’est au tour de Renaud de présenter “son” émission, initialement très orientée rock local, dont Renaud et Thibaud ont repris le flambeau depuis près de deux ans. “Moi je suis plutôt hip-hop et rap, surtout des connaissances, des gens d’ici, alors que Thibaud est plus axé sur le rock, le reggae mais aussi les côtés techniques, la préparation des émissions et tout ça… Ce que moi je gère moins. Comme disait Aïcha, on est très complémentaires en fait.” Entièrement musicale, l’émission est diffusée chaque jeudi soir, avec la présence d’un artiste, souvent local et à l’amorce de sa carrière musicale. Mais l’envie est bien présente d’étendre l’émission à toute la Suisse, comme le prouve le tout récent “Welcome to Swiss Hip-Hop”, regroupement de rappeurs romands, ayant enregistré le plus gros pic d’auditeurs de la radio.
Renaud est confiant et pédagogue : “C’est un véritable espace de parole et de formation de parole, nous on apprend et en plus de ça, c’est un support de promotion pour les artistes qui viennent”.

Tremplin pour les artistes, tremplin pour la phase professionnelle à venir : encore un aspect double de l’enrichissement par la pratique en direct qu’offre Neuchvox.
Vânia pointe également du doigt ce terrain formateur : “C’est intéressant de voir comment eux s’auto-gèrent, au fil des émissions on sent une réelle assimilation et un enrichissement progressif”. Et à Renaud d’ajouter : “Chacun ici a son rôle à jouer et il y a vraiment de la place pour plein de choses”.
En pleine phase de transition, la radio recherche actuellement des personnes motivées, ayant des idées qu’ils veulent mettre en avant et sur lesquelles ils souhaitent s’exprimer. Que ce soit le sport, les sciences, l’humour, la musique… Les possibilités sont multiples. Une génération qui, depuis quatre ans, fait vivre la radio, continue à le faire mais a besoin d’une relève à la passion aussi dévorante que la précédente.

Des nouveautés donc, un nouveau logo, une page Facebook qui permet aux auditeurs de poser des questions en direct aux artistes, une proximité et une interaction de plus en plus présente. Et des projets en cours, comme celui de mettre en place des plages horaires spécifiques fixes avec des styles de musique ciblés. Tout en gardant ce même état d’esprit, qui marche et qui forme. Et si il était temps… de passer à l’antenne?

NoAn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *