On s’rammasse les châtaignes à Fully, ou bien ?

La 20ème édition de la Fête de la Châtaigne s’est tenue à Fully (VS) durant le week-end du 18 au 19 octobre et a attiré pas moins de 43’000 visiteurs. Retour sur cet événement incontournable du calendrier valaisan et sur la vedette de la région: la châtaigne.

Photo: Web

Entre le Valais et la châtaigne, c’est une histoire d’amour qui dure depuis plus de 800 ans! Le châtaignier est introduit vers 1200 par l’homme dans la Plaine du Rhône. Sur les terrains marécageux de l’époque, la culture de céréales est difficile, alors que cet arbre n’a besoin que de peu de soin. Il devient ainsi rapidement une source de nourriture importante et bienvenue, en particulier pour les plus démunis, ce qui vaudra à son fruit le surnom de « pain des pauvres ». Située sur le coteau de la commune de Fully, la châtaigneraie, qui recouvre quelques 17 hectares, est aujourd’hui entièrement publique: chacun peut venir s’y balader et y ramasser, en automne, les précieuses châtaignes tombées des arbres.

«Aujourd’hui en Suisse, plus personne ne dépend de la châtaigne ni de sa vente», explique Anne Carron-Bender, guide interprète du patrimoine de Fully. «Mais pour beaucoup de gens, elle reste une source de plaisir et une certaine nostalgie de ce qu’elle représentait dans le passé.» Un mélange très présent sur les 2,5 km du marché de la 20ème Fête de la Châtaigne de Fully, durant le week-end du 18 et 19 octobre. Au programme: artisanat, tournage sur bois, musiciens et danseurs folkloriques, et bien sûr, dégustation des nombreux produits du terroir, parmi lesquels la châtaigne tient la place d’honneur. En miel, en pain, en saucisson, et même en liqueur, ses déclinaisons sont nombreuses. Mais la plus appréciée reste, naturellement, la brisolée. «C’est pour ça que je suis là», indique une visiteuse, attablée devant son assiette, les mains noircies par les châtaignes grillées. «C’est la seule fois de l’année où j’ai l’occasion d’en manger, alors j’en profite.» Un sentiment apparemment partagé puisque plus de 10 tonnes de châtaignes ont été consommées par les 43’000 visiteurs durant le week-end.

Et pourtant, ce joyeux rassemblement aurait bien pu ne jamais voir le jour. «Si le canton n’avait pas pris conscience, suite aux importantes coulées de boue et de cailloux dans les années 40, de l’importance de protéger la châtaigneraie en la rendant publique, le coteau serait probablement recouvert de vignes aujourd’hui», continue Anne Carron-Bender. Heureusement, cette volonté des autorités de privilégier l’arbre à pain n’a pas pour autant forcé la remise au placard de la vigne. Fully a su faire la part belle au raisin et est aujourd’hui la 4ème commune viticole du Valais – qui est lui-même le premier canton producteur de vin de Suisse! Et cette cohabitation harmonieuse se retrouve jusque dans l’assiette, puisque la brisolée se marie à merveille avec un verre de Petite Arvine.

L.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *