LIVRE DU QUOTIDIEN – L’amour au pays d’IKEA

L’amour, c’est beau, ça brille, mais parfois, on se demande si on devrait vraiment y croire. Les personnages de ce roman, eh bien, ils sont comme vous et moi, un peu dubitatifs. En prenant le parti des handicapés de la love story, Katarina Mazetti nous offre dans son roman Le mec de la tombe d’à côté, une réelle histoire d’amour des temps modernes.

Photo : Web 

Alors qu’elle file un mariage des plus heureux (pensait-elle), Désirée, la trentaine, perd subitement son mari, à la suite d’un accident de vélo. Plusieurs fois par semaine, à la même heure, elle se rend au cimetière. D’un coin de l’oeil, elle observe (souvent) l’homme qui se recueille sur la tombe d’à côté: il n’a que trois doigts à sa main gauche, une effroyable chemise à carreaux et tout du « cultivateur du dimanche ». Les deux personnages se regardent, s’exaspèrent. Mais sur un sourire, un malentendu, en plein milieu de cet endroit improbable, c’est une jolie histoire d’amour qui va commencer.

Désirée est une femme de la ville, une jeune bibliothécaire. Elle aime les livres, le théâtre, la philosophie. Benny, lui, a repris la ferme laitière de son père. Il aime la campagne, la télévision, la culture populaire. Tout les sépare, et pourtant… Avec Benny, Désirée  redécouvrira la passion, la spontanéité, l’humour, soit tout ce qui manquait à son mariage. Avec Désirée, Benny apprendra les coutumes de la ville, les caprices des femmes, l’art du compromis. Ils sont seuls, intelligents, plein d’humour et cherchent l’amour. Mais comment un homme qui chante à ses vaches le soir de Noël et qui déteste la lecture pourrait-il s’accomoder de soirées à l’opéra et de l’appartement tout blanc de sa belle? Comment une femme, avec son amour pour la haute culture et l’indépendance, pourrait-elle trouver le bonheur au foyer d’une ferme vieille de 60 ans? Le suspense se tient là: cette histoire, elle va marcher ou pas?

« On est allés dans un restaurant et je n’ai pas la moindre idée de ce qu’on a mangé ou dit. Si, une chose. Quand j’ai voulu payer pour nous deux, elle a dit : Oui merci, je veux bien. C’est mon anniversaire aujourd’hui, j’ai trente-cinq ans. Ça me fera un cadeau.

Pour le coup j’ai compris deux choses.

Elle ne comptait pas avoir d’autres cadeaux.

Et j’étais tombé amoureux d’elle.

Ce n’était pas exactement un déclic. Plutôt comme quand je touche la clôture électrique sans faire gaffe. » (Benny)

En prêtant sa plume à ces deux personnages, l’auteur interroge le couple, l’amour, et les différences culturelles: deux personnes n’ayant rien en commun peuvent-elles vraiment s’aimer durablement? Les différences finissent-elles toujours par prendre le pas sur l’élan initial des passions nouvelles? Leur relation est-elle vouée à l’échec? Ou l’amour a-t’il toujours le dernier mot? Avec finesse, Mazatti dresse le portrait d’un joli couple de notre temps. Des personnages maladroits, attachants, qui tâtonnent et soulèvent des questions que nous nous sommes tous un jour posés, des conflits que nous semblons avoir tous traversés.

Avec plus de 450 000 exemplaires vendus en Suède, 400 000 en France, plusieurs adaptations au théâtre et un film en production, ce roman ne tarit plus son succès. Un livre certes loin de la grande littérature, mais une histoire pleine d’amour, de réalité, de ruptures, d’espoir, et de tendresse. Une écriture légère, remplie d’humour qui n’a pas de peine à nous arracher quelques rires… et quelques larmes aussi. Un livre ni de princes, ni de princesses, qu’on ouvre facilement, qu’on dévore, qu’on adore, et qu’on referme, à contre-coeur.

cGa

Katarina Mazetti // Le mec de la tombe d’à côté // Collection Babel // Edition Actes Sud // Paris // 2009 // 256 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *