Quartier lointain : une seconde enfance où passé et présent ne font qu’un

« Au départ, il y a une erreur, une étourderie : Hiroshi, le personnage principal de Quartier lointain, se trompe de train en gare de Kyoto. »[1] Une simple « erreur d’aiguillage » mais aussi « un malentendu fondamental ». Dorian Rossel, metteur en scène suisse, a adapté au théâtre le manga Quartier lointain de Jirô Taniguchi. Un voyage en train, un voyage dans le temps. Et vous, que changeriez-vous ?Dorian Rossel s’est approprié le manga de Jirô Taniguchi publié en 1998 et récompensé par le prix d’Excellence du Festival des arts médias de l’Agence pour les affaires culturelles au Japon, catégorie manga. Le mangaka est aussi distingué du prix Alph-Art du meilleur scénario pour le premier tome de Quartier lointain au Festival d’Angoulême en 2003.

En effet, le metteur en scène suisse sait jouer avec le temps et l’espace. Aucun repos, ni pour l’œil, ni pour la conscience. Le ton est donné dès la première scène : les comédiens, au nombre de six, accompagnés de deux musiciennes, vont et viennent avec leurs serpillères et laissent derrière eux une scène humide, propre, nouvelle. L’illustration peut-être d’un voyage dans le temps, d’un va-et-vient de l’enfance. Une enfance enfouie mais fidèle, prête à refaire surface dans une vie à tout moment. A chacun son interprétation.

Le temps et l’espace

Le temps est l’élément essentiel de la pièce : Hiroshi, âgé de 48 ans, après s’être trompé de TGV à Kyoto, retrouve le corps de ses 14 ans mais garde les yeux d’un homme de 48 ans. Son père, sa mère, sa petite sœur, sa grand-mère, son chien, tous sont présents à ses côtés. Est-ce une seconde chance ? Une opportunité de changer le passé afin de modifier le présent ? C’est un regard neuf qu’il pose sur son enfance avec la volonté de l’améliorer. Hiroshi tente d’atteindre la perfection dans sa vie alors qu’au fond, une vie sans imperfection n’en est plus une. Il devient alors le sujet d’une prise de conscience qui se termine par une réconciliation, celle-là même avec l’abandon de son père. En effet, il est obsédé par la disparition de ce dernier. Il n’a de cesse de découvrir les raisons de cet événement qui bouleversa sa vie. Les jours passent et le passé d’Hiroshi n’est plus ce qu’il était. Comme si le passé pouvait devenir présent en l’espace d’un souffle, d’une prière, celle d’Hiroshi au cimetière où est enterrée sa mère. Là où débuta sa seconde enfance.

Le temps puis l’espace. Dorian Rossel n’est pas en reste en ce qui concerne le décor : « dans la BD comme dans la Commedia dell’arte l’émotion doit être visible avec le corps. » [2] Chaque détail compte. Les plans se superposent les uns les autres et l’espace scénique est quasi « envahi » par les comédiens. La lumière, essentielle dans cette pièce, est claire mais sans artifice : un substitut de la conscience d’Hiroshi.

Sentiment de « Déjà-vu »

L’auteur fait régulièrement vivre à ses personnages l’expérience de la lucidité. C’est un peu la « pensée de midi » d’Albert Camus où le soleil aveugle mais éclaire à la fois. Cela est subtil, léger, comme diaphane dans la pièce. Au spectateur de se laisser porter dans cette dimension de « l’entre-deux », là où se rencontrent rêve et réalité. Place aussi à la remise en question de toute une vie, celle d’Hiroshi où la mélancolie de l’enfance lui permet de repenser son présent.

Dans cette pièce, le spectateur assiste alors à la douce et bouleversante rencontre d’hier et aujourd’hui. « Quand à la fin, vient le temps de la confession du héros, on sent chacun respirer. Le silence autour des mots est alors aussi beau que l’envol vers une renaissance, celle-là même dont Quartier lointain nous parle. » [3]

C.

[1] D’après Le Passe-plat du théâtre du Passage de Neuchâtel

[2] Propos de Dorian Rossel : http://www.supertroptop.com/quartier/importsquartier/quartierRP/quartier_lointain_2011_10_05_critique_express.pdf

[3] Le Monde – 30 septembre 2011

 

Pour les curieux

Quartier lointain, intégrale, manga de Jirô Taniguchi, éditions Casterman, 2006

Reportage et extrait de Quartier lointain dans l’émission « Dare-Dare » (Espace 2) 15.12.2011 http://www.rts.ch/audio/espace-2/programmes/dare-dare/3617856-quartier-lointain-de-dorian-rossel-au-theatre-vidy-lausanne-15-12-2011.html

Reportage et extrait de Quartier lointain dans l’émission « La commedia della mattina » (France inter) 30.10.2011http://www.supertroptop.com/quartier/importsquartier/quartierRP/quartier_lointain_2011_10_30_la_comedia_della_matina_france_inter.mp3

Images de la pièce au théâtre du Passage http://www.theatredupassage.ch/spectacle-126-540

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *