Pourquoi pleurer ?

 

L’émotion joue un rôle essentiel dans la vie des Hommes. Souvent, ceux-ci  cherchent à la cacher car « la norme» l’exige. Surtout lorsque l’on est un homme, mais pas seulement… Enormément de gens tentent désespérément d’intérioriser ces sensations dans leur for intérieur. Plusieurs d’entre-eux essaient de les gérer, mais ce sont hélas souvent ces individus qui se sentent le plus mal alors qu’ils ne cherchent qu’à « faire comme les autres ». Est-il vraiment possible d’apprendre à gérer ses émotions ? Ou alors, est-ce qu’au contraire celles-ci sont une sorte de réflexe ? Un automatisme non-conscient tel que la respiration, les battements du cœur et autres fonctions biologiques ?

Il est difficile de savoir appréhender ses émotions. Mais plus difficile encore est le fait de les admettre et de finir par les accepter. Cependant plus on vieillit, plus elles deviennent communes. Il est toutefois nécessaire de rappeler qu’afin de savoir manier l’art des émotions, il faut savoir utiliser les outils adéquats à ce monde tant compliqué et pourtant si naturel : le monde des émotions. En effet, chacune d’entre-elle devrait être décodée afin de savoir ce qui se passe en nous, et donc par là, savoir se recentrer. Or, ce mécanisme reste très complexe et peu de gens savent s’en servir correctement. Il est possible – dans une moindre mesure- de savoir jongler avec ses émotions. Pour cela il faut néanmoins  avoir déjà une certaine expérience acquise. Mais, à quel prix ?

L’expression des sentiments reste un choix très personnel. Toutefois si l’on cherche désespérément à les dissimuler, on finit par se perdre. On risque d’être déconnecté des besoins. Ceci se traduira, avec le temps, par de profonds malaises. Pire que cela, on peut même finir par perdre le contact avec l’autre. En cherchant à dissimuler ces émotions, réactions vivantes et naturelles tant redoutées, on risque de perdre la relation précieuse du contact humain. La relation se détériorera et finira par ne laisser place qu’à un lien neutre qui sera finalement remplacé par une distanciation avec l’autre.

À la naissance, l’être humain ne sait que différencier le bien du mal, or il lui est impossible d’échelonner l’intensité de ces sensations. Par la suite, s’établissent alors nos structures mentales capables de différencier toutes ces sortes d’émotions ainsi que leur puissance. Pour les fervents machistes qui se laissent encore parfois surprendre une larme perlant le long de leur joue, n’ayez aucune crainte… S’il vous arrive de ne pas pouvoir vous retenir, sachez qu’avec le temps et l’expérience vous serez davantage capable de dissimuler ce genre de « désagrément » au plus profond de votre être. Ceci vous évitera donc de passer pour une « gonzesse » …

D’ailleurs, pourquoi les hommes n’auraient-ils pas, tout comme les femmes, le droit d’exprimer ce qu’ils ressentent ?

Certes, c’est une manière de se protéger, d’éviter que l’autre ne puisse nous atteindre. On a souvent peur du jugement et de la réaction de l’autre. On voit toutefois bien clairement que le fait de vouloir refouler ses sentiments peut s’avérer coûteux, surtout si l’on en arrive à vouloir se cacher à soi-même ses propres émotions. Si on cherche à les retenir, ou si on ne se rend carrément plus compte qu’elles sont présentes, elles prendront de plus en plus de force au fil du temps et de leur accumulation.

Aujourd’hui la frontière entre les sexes tend à s’estomper, celle-ci n’est plus autant marquée qu’auparavant. Les normes de la société jusqu’ici stipulaient qu’un homme ne pleure pas pour rien. Or, aujourd’hui notre perception à changé dans la mesure où un homme viril n’est pas synonyme d’un cœur de pierre. Pourtant on remarque que malgré cela, le poids culturel est encore lourd et qu’il bride encore bien trop souvent les hommes dans l’expression de leurs émotions. Ils se retiennent donc plus ou moins consciemment.

Pour eux, pleurer est synonyme d’inaction. C’est en quelque sorte une défaite. Ils n’y ont donc recourt qu’en désespoir de cause d’où l’expression « plus que ses yeux pour pleurer »…  Les hommes pensent que les larmes sont une sorte de signe d’impuissance.

Il est important de tenir compte de ses émotions. Celles-ci sont essentielles afin de garder une certaine stabilité psychologique ainsi que le bien être. D’après ce qu’on peut voir, les hommes sembleraient penser qu’il est préférable de devenir fou plutôt que de montrer ses émotions. Je vous laisse donc, messieurs, méditer à cela…

Awi



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *