La grande illusion

 

Déjà à l’époque lointaine de notre ami et philosophe Platon, l’homme tentait de savoir s’il pouvait ou non se fier à ses sens pour définir le monde réel. Aujourd’hui, en cette période d’indignation, on se rend compte qu’on ne peut même plus se fier à nos dirigeants pour nous livrer la vérité. Comme si le fait de nous laisser évoluer dans l’illusion la plus totale rendait nos existences plus belles.

Malheureusement, les erreurs politiques commises depuis 50 ans ont aujourd’hui des répercussions sans précédent. Et selon un principe de solidarité, les mauvaises décisions prisent par certains dirigeants européens, sont maintenant assumées par les peuples entiers qu’ils dirigent, ou qu’ils dirigeaient…

Le problème c’est que les choses ne s’arrêtent pas là. Les domaines par lesquels nous sommes manipulés sont nombreux. En passant de la pharmaceutique, à l’agroalimentaire ou encore le domaine du nucléaire, nous sommes bien loin d’imaginer tous les arrangements qui sont mis en place pour influencer les décisions politiques prisent par nos dirigeants (voir l’émission Temps Présent du 24 Novembre). L’idée étant que tant qu’ils auront les moyens nécessaire pour nous cacher la vérité, ils le feront.

Alors, certes pour l’instant la Suisse a relativement été épargnée par la crise financière qui a touché de plein fouet la zone Euro. Mais faut-il rester les bras croisés en attendant que la situation empire également ici? Ou vaut-il mieux protester contre une fausse démocratie qui ne nous donne pas objectivement tous les éléments pour prendre les décisions importantes?

Platon se demandait si le monde tel que nous le percevons pouvait être considéré comme réel. Aujourd’hui on s’aperçoit que dans ce monde qui n’est peut-être qu’une illusion, les illusions sont encore plus nombreuses. Comme l’histoire de l’homme qui rêve qu’il rêve… si seulement il était possible de se réveiller!

AST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *