Les bons plans de Larticle…

Ce petit tour que nous vous proposons fait un inventaire des bonnes adresses pour sa pause de midi, celle qu’on néglige le plus souvent avec un dédain qui tuerait un épicurien. Nous vous le donnons dans le mille, on va vous parler de l’inébranlable et sacro-saint sandwich. Nous ne parlons évidemment pas de la misérable demi-baguette sur laquelle une tranche de salade trompe son ennui avec un jambon filandreu. Nous parlons du sandwich cré-a-tif ! Car depuis le temps que l’humanité a découvert la facilité de se sustenter de quelques aliments entourés de bouts de pains, certains ont fait du chemin !

A la sortie du funiculaire, en face de la faculté de droit, le bar « Le Galop » propose un choix de petite restauration. Au menu, assiette de pâte, lasagnes, salades et… sandwichs chauds ! Ces derniers pouvant être commandés à l’emporter, ils constituent un savant choix pour le gourmand préssé par le temps. Vous dégusterez ainsi un sandwich poulet-curry ou un royal burger pour sept francs. Ces sandwichs nous rappellent que entre deux tranches de pains, on peut sentir la viande sous la dent !

Non loin de là siège le mythique « Bleu Café ». Proclamé café des étudiants et recommnandé par le guide du Routard, la carte brille par sa diversité ! La formule étudiant à moins de dix francs propose un sandwich au choix, une petite boisson et une portion de « country cuts », à savoir des petits quartiers de pommes de terre grillés. Que vous ayez envie d’exotisme avec un sandwich au guacamol poulet et yoghurt, que vous ne juriez que pas un sandwich au thon, le Bleu saura vous surpendre. Je ne saurais que trop vous enjoindre de goûter le Mont-Bleu au chèvre chaud et miel : un vrai régal ! Par ailleurs, « le Bleu Café » vous invite à essayer leur combo ciné-bouffe. Une manière gourmande et économique de profiter d’une culture culinaire et cinématographique.

Direction centre-ville avec les chapatis du Paprika. La petite enseigne invite aux découvertes en amenant le curieux à faire ripaille de ces pains indiens garnis. Huit francs et vous ferez ripaille d’une chapati au bœuf ou à l’aubergine. De plus, des menus sont proposés à midi et des soirées chapatis à gogo sont organisées.

La rue des moulins n’est pas en reste. La sandwicherie du Miski propose ses spécialités sud-américaines comme leur fabuleux sandwich à la dinde. Un service sympathique, une carte diversifiée (on y mange un demi-poulet comme on y mange une salade), le miski met à l’aise avec une ambiance familiale.

Nous en faut-il plus pour décréter que Neuchâtel est un lieu où il fait bon vivre… et manger ? Votre humble reporter ne le niera pas : La ville millénaire possède une offre pantagruélique quant il s’agit de manger à un prix raisonnable . Pour les indécis, nous aborderons dans la prochaine édition les adresses à ne pas manquer quand on souhaite varier les plaisirs. Au menu, les bonnes tables où s’asseoir pour un budget moyen.

MAG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *