Peanuts : le spectacle en images…

par Alexandre Steudler
C’est entre les dernières répétitions de mise en place et la représentation imminente qu’Alain Borek, jeune diplômé de la Haute École de Théâtre Suisse Romande, a  bien voulu répondre à mes questions concernant le choix de la pièce et sa collaboration avec le THUNE : zoom sur les phrases clés de notre entretien « Le choix de cette pièce était pas mal, parce que ce n’est pas une comédie toute faite, ce n’est pas non plus une pièce classique hyper réglée et ce n’est pas non plus du théâtre contemporain, très abstrait ou très ouvert, qui laisse une grande interprétation au public. »

« Il fallait une pièce du répertoire contemporain ou moderne en tout cas (…) et j’ai trouvé que cette pièce ce prêtait bien à eux, parce que c’est une pièce qui est incarnée par dix personnages assez jeunes, peut-être même un peu plus jeunes que les acteurs…»

« Fausto Paravidino [l’auteur] a choisit une forme, comme une sorte de « sitcom » avec une succession de petites scenettes que vivent un groupe d’amis pour parler du fond… »

« La pièce questionne les règles, le pouvoir, le besoin peut-être des gens du pouvoir, d’avoir d’autres gens qui dépassent les limites, pour pouvoir exister ou pour pouvoir avoir une certaine crédibilité »

« Mon but était vraiment de leur faire découvrir le métier d’acteur ou la création, la construction d’une pièce, par quoi ça passe…etc. »

« C’est un climat spécial parce que (…) là on est un peu obligé de travailler en fonction du planning des comédiens qui sont tous étudiants (…) donc ce sont de courtes répétions le soir et quelques week-ends intenses pour pouvoir travailler plus assidûment »

« Ils [les acteurs] étaient assez curieux et c’est ce qui me plaisait. J’avais vraiment envie qu’ils découvrent tous les niveaux de la création, parce que le métier d’acteur n’est pas un truc où tu peux dire pendant une semaine on travaille la voix, pendant une semaine on travaille le corps (…) tout interagit en permanence. »

« Ça c’est bien passé avec eux, parce qu’ils étaient d’accord en général, d’aller dans les propositions, d’essayer des choses et ensuite oui, il y a eut souvent des discussions théoriques sur ce que raconte la pièce, comment faire ceci ou cela (…)»

« Le théâtre est quelque-chose de très artisanal, très pratique, ce qui a été prouvé au fil des répétitions et sur le plateau.»
Alain Borek, metteur en scène de la pièce

Merci à toute l’équipe du THUNE pour son accueil chaleureux et sa collaboration!
Alain Borek répète au côté de Cyril Hasler (Buddy) sous l’œil attentif de Clémence Mermet pour remplacer un comédien le dernier soir.

 


Répétition de la scène pour définir ce que veut Buddy

 


Noémie Treichel se chauffe la voix avant le spectacle

 


Derniers conseils avant la représentation

 


Accolade d’encouragement quelques minutes avant le début…

 

La troupe au complet

 


Drame! La télévision est cassée…

 


Woodschlock (Charles Reinmann) explique sa vision des choses…

 


Les gardiens du centre de détention pour ceux qui « menace la démocratie »

 


Séance d’interrogatoire

 


« Je ne suis pas doué pour obtenir des infos, alors je cogne! »

 

Est-ce que ce n’était pas mieux avant?…

 


Discussions après le spectacle…

Acteurs :
Buddy : Cyril Hasler
Fillette : Fiona Carroll
Cindy : Tosca Doess
Minus : David Frenkel
Snappy : Nawshad Ladhani
Silly :   Jocelyne Schütz
Party : Noémie Treichel
Magda : Clémence Mermet
Woodschlock : Charles Reinmann
Schreker : Daniel Jeanloz

Mise en scène :
Alain Borek (assisté par Clémence Mermet)
Ainsi que tous ceux qu’on ne voit pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *