Emergences du collage à la clinique

Jusqu’au 30 janvier, les patients autant que les amoureux de l’art  pourront se laisser épater dans les étages de la clinique des Tilleuls à Bienne.  Sous le titre suggestif de « Emergences »  Denise Schenk et Yolande Favre vous invitent à l’exposition de leurs collages.

Des images paradoxales, inespérées, psychédéliques laissant courir votre imagination mais surtout des œuvres qui touchent le cœur sont la panoplie que vous allez découvrir dans les dédales des étages de cet endroit inusité.
Aujourd’hui le 14 octobre 2010 à La Clinique des Tilleuls, tout est
en  place pour recevoir les invités au vernissage.  Les visiteurs affluent dans une ambiance joyeuse ce qui contraste avec le public qui normalement est plutôt craintif ou pour le moins dubitatif en venant visiter qui d’une parente ou d’une connaissance dans la clinique.
Le titre de l’exposition « Emergences » est né même de la technique créatrice (superposition des petits morceaux de papiers qui font émerger des compositions inattendues) de cet art peut pratiqué car considéré un art mineur ou marginal.
Les professions des deux artistes les ont tout naturellement rapprochées pour accomplir cette aventure ensemble.
Que Denise Schenk soit infirmière et Yolande Favre reflexologue n’a pas empêche le fait que ces deux Biennoises  s’expriment dans l’art du collage.
Yolande Favre fait ses premiers pas dans la peinture pendant un séjour en Californie. Quelques années plus tard lors d’un voyage en France, elle découvre un immense collage qui suscite plus que de l’intérêt. Elle comprend qu’elle vient de découvrir sa voie artistique. Yolande commence alors à suivre des cours à l’école « La note bleue ».
La technique en elle même peut sembler rudimentaire, vu l’utilisation de matériaux de récupération mais, en fait elle repose surtout sur le ressenti de l’artiste dans son choix des formes, des couleurs et de composition sur le support. Le collage est basé sur la superposition d’images ou du moins de partie d’images chromatiques qui ainsi vont se renouveler et exister une nouvelle  fois dans une œuvre, sortant de leurs utilisations primaires et renaître en donnant vie à des œuvres complètement nouvelles et inédites. C’est ainsi que le soulier d’une star peut se retrouver en tant qu’ombre d’un oiseau. De lignes horizontales colorées il ressort de petites parties qui s’inscrivent dans un charivari d’un carrousel à plusieurs étages. L’unité de l’œuvre se crée doucement à partir de ces petites parties nouvellement nées tout en s’harmonisant à travers les couleurs et les formes du collage.
Chacun ainsi saura découvrir et apprécier les lumières  et les suggestions de la transformation des images regroupées dans un tableau et mariées à la façon de chaque artiste.
V.vA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *