Quand la place rouge s’enflamme pour le mondial

À l’occasion de la coupe du monde de football 2010, la place rouge des jeunes-rives dévêt son habit de « terrain de jeu » pour se transformer en village du mondial. Prenant la forme d’un festival de quatre semaines, il élève un décor festif et multiculturel où l’on se rend tant pour le foot que pour l’atmosphère bon enfant qui permet d’apprécier d’autant plus le début de l’été.
Une semaine après la session festi’neuch, stands et décos n’ont pas complètement fait place nette et ornent encore aujourd’hui le sol rouge au pied de la faculté des lettres. Depuis lors, la place n’a pas perdu ses allures de fête : chapiteaux et artistes ayant déserté le terrain, place aux adeptes de football !
C’est dans un village multiculturel que le public peut depuis le 11 juin – premier match opposant l’Afrique du sud au Mexique –  se réunir pour boire, manger et assister aux matchs sur les quelques écrans qui surplombent un décor festif et estival parsemé de palmiers et cerné de stands exotiques. La police de la ville a mis 1100 des 2250 m2 de la place rouge à disposition pour le village du mondial au premier jour de celui-ci, annonçant que toutes sociétés ou privés pourront rejoindre la place quant ça leur chante et pour une période qui leur plairont jusqu’à la finale du 11 juillet.
S’ils ne viennent pas pour la taille des écrans loin d’être géants, les partisans du ballon rond nous ont confié venir pour l’atmosphère conviviale et stimulante que seul le foot a le mystérieux pouvoir d’entraîner sur les foules. L’ambiance a atteint son paroxysme mercredi 25 juin lorsque la suisse, affrontant le Honduras a inondé le village de joyeux supporters, visages peints aux couleurs du pays si ce n’est par le soleil ardant qui domine la place depuis quelque jours. Toutes générations confondues se sont tenues, oreilles et coups tendus au dessus de la foule pour percevoir les écrans suspendus aux quatre coins du petit village.
De loin, on pouvait entendre les aaaaaaaahh d’espoirs précédant les ooooooohh de déception à la vue des multiples occasions de marquer que l’équipe helvétique n’a pas su saisir. Malgré la défaite de la Suisse, l’enthousiasme général s’est maintenu d’un bout à l’autre du match et l’occasion de faire la fête n’a pas été perdue pour autant. Entre grillades au bord du lac et match de foot improvisé sur l’herbe, les derniers fêtards ont maintenu le camp jusque tard dans la nuit.
Et même si l’enjouement des patriotes s’est vu refroidi en ce malheureux jour du 25 juin, on ne peut que se réjouir de la finale qui enflammera le village pour en faire un véritable lieu de fête qui sera également une magnifique occasion de célébrer le début de l’été.
L.J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *