La Coupe du Monde à l’école :

Le football en Argentine est un évènement culturel très important et l’équipe nationale de football, la célèbre Albiceleste suscite un très grand intérêt. Celui-ci est encore plus grand lorsque l’équipe participe à la phase finale de la Coupe du Monde, à tel point que le ministre argentin de l’éducation, Alberto Sileoni, a instauré une mesure peu commune, la diffusion des matches de la Coupe du Monde dans les écoles primaires et au collège.
Selon le ministre argentin, « empêcher que les matches puissent être diffusés dans les écoles serait nier la réalité. Ils seront regardés dans les bureaux et administrations publiques, donc c’est bien qu’il en soit de même dans les écoles. » (1) Il rajoute, « Regarder un match à l’école signifie monopoliser deux heures de classe, mais si les élèves sont absents, ce sont six heures en moins. »(2)  Cette mesure a donc selon lui, un  but pédagogique et permet de lutter contre l’absentéisme des élèves lors des matches de l’Albiceleste. En effet, en collaboration avec l’AFA (Fédération Argentine de Football), un « kit pédagogique » a été distribué dans les écoles. Ce dernier s’intitule : « apprendre avec le mondial ». Ainsi, tout en suivant les matches de la Coupe du Monde, qui sont diffusés le matin en Argentine en raison du décalage horaire, les élèves apprennent, par exemple, quelle est la capitale de la Corée du Sud, adversaire de leur équipe nationale.
Les matches laissent donc places à des discussions, des cours, bref à l’enseignement.

Même si le football est une religion, un art de vivre en Argentine, cette mesure est apparue comme choquante pour certains. En effet, pour les sceptiques du football, il est difficile d’imaginer ce que celui-ci puisse être un enseignement pour^les enfants car comment peut-on prétendre inculquer à des jeunes le fair-play alors que le football est au cœur des plus grands scandales. Simulations, anti-jeux, violences sur le terrain, matches truqués…  Est-ce vraiment ce que l’on veut que nos enfants apprennent ?
Même si on peut donc douter du côté pédagogique que le football, et plus particulièrement les joueurs de football, peuvent amener aux enfants, il est certain que cette mesure est un moyen très efficace de lutter contre l’absentéisme car les jours de matches de l’Albiceleste, tous les élèves sont présents. Ceux-ci arborent fièrement les couleurs de leur pays, portent les maillots de leurs idoles et chantent, la main portée sur le cœur, l’hymne national.
Ainsi, même si l’on peut prétendre douter de la qualité pédagogique de cette mesure, on ne peut nier qu’un évènement comme la Coupe du Monde permet de faire découvrir à ces jeunes élèves, différents pays et leurs cultures. Et donc, plus que les valeurs défendues par le football, on se sert de celui-ci pour enseigner des choses plus larges, comme la géographie, l’histoire, ou pour lancer des débats sur ce qui peut se passer sur le terrain.

Cette décision prise par le ministre Argentin se sert d’un évènement mondial très médiatisé, pour élargir l’horizon des élèves et varier l’enseignement. Et si le fait de suivre un match fait perdre deux heures de cours, il permet tout de même une présence et un travail de quatre heures durant la journée. De plus, regarder un match n’est pas nécessairement  un évènement pauvre en apprentissage. En effet, tous ces jeunes sont unis pour soutenir leur équipe nationale et les exultations de joie après un but ou une victoire laisseront probablement des souvenirs qui font eux aussi partie de l’apprentissage.
Dino De Francesco

1 Citation provenant du site : http://www.sofoot.com/argentine-le-mondial-a-l-ecole-124978-news.html
2 citation provenant du site : http://www.sofoot.com/argentine-le-mondial-a-l-ecole-124978-news.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *