Un Zorro qui efface ses traces

Un I-Phone pour secrétariat, un agenda pour la sécurité : Edwy Plenel est très méfiant vis-à-vis du pouvoir français. Le journaliste s’est souvent attaqué aux écarts du gouvernement, au point d’avoir été surveillé par l’Elysée. Depuis, le président de Mediapart ne veut laisser aucune trace derrière lui.
Sonia BERNAUER, Audrey FARINE, Akuvi Klenam HONKOU

Prudent, Edwy Plenel, 57 ans, l’est énormément. Le président de Mediapart se méfie de toute intervention de l’Etat dans sa vie : «moins nous lui permettons d’en savoir, mieux nous nous porterons», dit-il. Bien qu’il possède un I-phone qu’il utilise comme secrétariat, le journaliste français a toujours eu un agenda papier afin de tracer au fur-et-à-mesure ses rendez-vous. Il craint d’être espionné par l’Etat, qui a, selon lui, une «curiosité insatiable». Sa méfiance s’est renforcée suite à l’affaire des écoutes illégales du Palais présidentiel, dont il a été victime dans les années 1980. Il a notamment été surveillé en raison de ses investigations sur la cellule dite antiterroriste de l’Elysée.

Par ailleurs, l’ancien rédacteur en chef du Monde n’a pas confiance en les appareils électroniques :
«ils ont une mémoire cachée, comme l’ont montré des enquêtes judiciaires, et se souviennent même de ce que vous croyez avoir effacé». D’où la stratégie de son agenda. En outre, Edwy Plenel affirme écrire et rayer plus vite sur le papier. «Mon écriture est aussi illisible que celle d’un médecin», ajoute-t-il.

Paranoïaque? Edwy Plenel a ses raisons de l’être. Malgré tout, il reste une personne très ouverte et communicative, toujours prêt à transmettre ses connaissances. Le Tout-Paris possède son numéro de téléphone portable et lui compte plus de 5000 amis sur Facebook, alors que 2000 autres sont en attente. Le journaliste répond volontiers aux sollicitations. Il estime devoir parler au public pour assurer le succès de Mediapart.

Un homme sur tous les fronts

Toute la question de cette méfiance face à l’Etat s‘est révélée en interrogeant Edwy Plenel sur la manière dont il gère son emploi du temps. Il mène, en effet, quatre vies à la fois : président de Mediapart, collaborateur à France Info et France culture, enseignant et écrivain. Petit tour d’horizon de ses activités.

Mediapart : président du site internet depuis sa création en 2008, Edwy Plenel assume trois fonctions au sein de l’entreprise : patron, porte-parole et journaliste. Son activité de porte-parole lui prend le plus de temps.

Radio : l’ancien rédacteur en chef du Monde s’exprime également à travers les ondes. Un débat hebdomadaire face au journaliste Alain Genestar sur France Inter et une chronique personnelle chaque semaine sur France Culture.

Enseignement: partager son idéal démocratique

Du journalisme : une autre de ses passions. Edwy Plenel transmet son savoir à des étudiants en journalisme à l’Université de Montpelier et à l’AJM à Neuchâtel.

Ecriture : journaliste mais aussi écrivain, Edwy Plenel écrit lorsqu’il trouve le temps. Il a publié
dernièrement un texte hommage à François Maspero et une introduction au spectacle de la comédienne Anouck Grimbert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *