Les jeunes romands se branchent à la Fréquence Banane

Une radio estudiantine née il y a 16ans de l’initiative de quelques audacieux étudiants lausannois sur le campus de l’EPFL a récemment conquis Genève et s’étendra bientôt sur d’autres cantons romands.

Fréquence Banane est un média jeune et unique en son genre créé par les étudiants pour les étudiants. Il regroupe actuellement  plus d’une centaine d’étudiants de l’université de Lausanne et de l’EPFL qui assurent sa diffusion 24h sur 24 et 7 jours sur 7 sur le câble (94.55 MHz) ainsi que sur Internet à travers 3 canaux. La radio propose la diffusion d’informations variées combinant actualité générale et relative à la vie étudiante, émissions de divertissement et émissions culturelles sans aucun encombrement publicitaire à l’antenne. Elle ne s’adresse pas exclusivement aux universitaires, mais tend à tisser une toile entre les étudiants et le reste de la cité lausannoise. Elle a suivi et retransmis en direct de nombreux festivals tels que le Balelec de Lausanne, le Montreux Jazz Festival ou encore le Paléo festival de Nyon.

La radio a fait ses débuts en 1993 grâce à l’association de 4 jeunes étudiants de l’UNIL et trois étudiants de l’EPFL. L’association s’est par la suite enrichie de membres et grâce au dynamisme de l’équipe, elle décroche en 98 une autorisation d’émettre une émission locale sur la fréquence FM 92.4. Depuis 2007, au bénéfice d’une concession temporaire, Fréquence Banane organise chaque année l’événement « Lôzanne RadioActive », qui représente une diffusion d’un mois sur la bande FM associée à une plage favorisant la promotion musicale de jeunes groupes romands.

Actuellement, le succès de Fréquence Banane ne cesse d’étendre ses frontières. En septembre, le média se verra implanté dans le canton de Genève. L’ampleur du projet a également suscité la mise en place, par le comité, de séances de formation de journaliste, de technicien ou d’animateur visant à rendre le média plus accessible en recrutant de nouveaux membres tout en leur assurant une qualification de base.

Nicolas Favrod-Coune, président de l’antenne Fréquence Banane à Genève a accepté de répondre à quelques questions. Au sujet de la nouvelle forme que revêtira la collaboration  qui s’étend entre Lausanne et Genève, il nous annonce pour cette année l’implantation d’une antenne qui se prêtera à diffuser des contenus empreints de différents horizons sur des plages d’horaires spécifiques dédiées à différentes régions de Suisse Romande. Il y aura par exemple une heure particulière dédiée à la culture Genevoise.

Quant à l’organisation de la rédaction, s’établiront prochainement trois organismes de rédaction chacun liée à son campus, à savoir, l’EPFL, L’UNIL ainsi que l’UNIGE. Ces derniers seront composés d’une équipe de dix journalistes chargés de rédiger des informations relatives à l’actualité locale, régionale et internationale.

En ce qui concerne les transformations subies par la radio depuis sa création et qui ont contribué à son succès croissant, Nicolas explique que le public a évolué puisque la radio tend à présent à être accessible à tous les étudiants alors qu’auparavant, elle touchait plus particulièrement les amateurs de musique. Actuellement, les plages de musique sont diffusées aux heures plus tardives et la radio propose une plus grande diffusion d’émissions informatives en journée qui concerne un public plus large.

Aujourd’hui s’effectue un processus nécessaire pour les médias où un fossé se creuse entre les médias thématiques et les médias généralistes. Fréquence Banane a incarné un média de type généraliste dans l’espoir de toucher un public plus éclectique. Il arrive que la radio se voie sujette à des reproches concernant ce choix effectué dans une perspective commerciale. Ces critiques sont justifiées mais la radio tente de conserver ses principes et son esprit au-delà de ces réorientations. Quoi qu’il en soit, l’audience est en constante progression et les campus sur lesquels la radio tend à étendre son activité lui renvoient des échos positifs.

« FB » est un média attirant pour les jeunes puisqu’il touche à leurs intérêts tant du côté de leur vie scolaire que de leurs loisirs culturels et festif et il semble bien constituer une opportunité unique pour les étudiants désireux de faire carrière dans les domaines médiatiques d’enrichir leur expérience et de faire leurs preuves. Dans l’attente que la joyeuse radio vienne répandre sa musique sur le littoral Neuchâtelois, il suffit de faire un tour sur le site Internet (http://www.frequencebanane.ch/) pour se faire sa propre idée.
L.J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *