La neige de retour à Pâques

Grand joie pendant les fêtes pascales pour les amateurs du sport d’hiver par excellence et les stations de montagne.
Le début du printemps et Pâques ont été marqués par le retour de la neige.

Une bonne partie de l’Europe s’est réveillée sous un manteau blanc. En Suisse, la neige n’a pas épargné le Plateau. Des flocons sont tombés de Genève à Zurich, selon MétéoSuisse. Ils ont ensuite cédé la place à la pluie en général.
Le mercure a eu de la peine à dépasser le zéro degré en plaine. A Genève et Bâle il n’a pas dépassé les trois degrés. Les températures étaient plus douces au Tessin: elles ont grimpé à dix degrés à Lugano.
De grosses disparités régionales ont été constatées concernant les quantités de neige au sol. Si on comptait localement de 3 à 9 cm en matinée sur le Plateau et dans le bassin lémanique, jusqu’à 25 cm ont été mesurés dans le Jura.
De 20 à 40 centimètres de neige sont tombés sur le versant nord des Alpes et le danger d’avalanche était marqué.

La Rega au premier plan.
Les adeptes de sports d’hiver qui ont bravé le froid samedi ont aussi affronté le fort danger d’avalanche lié aux chutes de neige. Plusieurs coulées se sont produites et la Rega est intervenue cinq fois.
Une des interventions était dans le canton de Berne. Coulée de neige à Grindelwald
Dans la même région, une avalanche s’était déjà déclenchée samedi vers 11h30 au-dessus du domaine skiable de Grindelwald-First (BE). Deux amateurs de snowboard pourraient en être à l’origine selon des traces vues par des témoins, ont indiqué les chemins de fer de la Jungfrau. La lave de poudreuse a traversé une piste de ski et de luge en deux endroits. Par précaution, une opération de recherche impliquant 25 personnes, deux hélicoptères et trois équipes de chiens de sauvetage a été menée.

Les CFF n’ont pas été gagnants
Les mauvaises conditions se sont répercutées sur le trafic ferroviaire. Des chutes de neige accompagnées d’un fort vent ont bloqué des aiguillages à Longeau (BE), entre Bienne et Granges (SO).
Les trains ont subi des retards jusqu’à 30 minutes sur les trajets Lausanne-Bâle et Lausanne-Zurich. Ces perturbations sont intervenues tôt le matin, dès le début du service, a expliqué à l’ATS Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF.
A cause des intempéries, le petit train entre Caux et Les Rochers-de-Naye (VD) ne circulait pas. Autre exemple: le tronçon Gänsbrunnen (SO) -Moutier (BE) a été interrompu en raison d’un arbre tombé sur la ligne électrique.

Rien d’exceptionnel on a déjà connu la météo capricieuse
De la neige à Pâques n’est pas exceptionnel, même si ce week-end prolongé n’est jamais tombé aussi tôt depuis 1913. L’or blanc avait fait son apparition jusqu’à 900 mètres d’altitude le samedi de Pâques 2004 (10 avril), a précisé MétéoSuisse. De la neige mêlée de pluie avait également été enregistrée à cette période en 2001 au nord des Alpes.
Le vent était aussi au rendez-vous, surtout en montagne. Les rafales les plus puissantes ont été mesurées au Säntis, avec des pointes à 146 km/h, au Titlis (140 km/h) et au Moléson (131 km/h). Eole a entravé le fonctionnement du téléphérique du Mont Pilate. Dans la région du lac Léman, le vent soufflait jusqu’à 50 km/h.
V.vA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *