Les Aveux

Viviana von Allmen
En proposant Phèdre, de Racine, la Fondation du théâtre français au Théâtre Palace à Bienne a offert un délice aux amateurs de théâtre.
Considérée comme un chef-d’oeuvre du théâtre classique, Phèdre raconte sans aucun doute la plus déchirante histoire d’amour écrite au théâtre. Un amour interdit et impossible entre une femme, Phèdre, et son beau -fils, Hippolyte.

Lorsque la Grèce florissait sous des lois égalitaires, une liberté effrénée mit le trouble dans Trézène.
La mise en scène signée Gino Zampieri est fastueuse.
Elle montre la misère de l’homme, son impuissance, ses lâchetés et ses cruautés, révélant le bouleversement des codes et des destinées.
Dans un palais sans âge du Péloponnèse, un combat féroce entre générations s’accomplit. Nous sommes aux temps mythiques où le divin et l’humain rodent encore dans les parages. Les Dieux, que les personnages ne cessent d’invoquer de leurs puissances, jouent avec les émotions des mortels.
Dans ce spectacle en quatre actes, à la suite de l’annonce de la mort de Thésée, on voit la reine, vêtue en noir, descendre majestueusement des escaliers impériaux. Affaiblie, elle promulgue « Soleil, je te veux voir pour la dernière fois » elle désire mourir. Phèdre se sent coupable des sentiments incestueux qui l’habitent même s’ils n’ont pas été exposés à la clarté du jour. Cependant, elle finit par confesser à Oenone ses sentiments incestueux pour le prince, qui l’incite à se dévoiler. « Je reconnais, ô fidèle nourrice, la sagesse de tes conseils »
Proie des dieux attachés à sa perte, Phèdre peut engendrer la pitié et pourtant elle n’hésite pas à appeler la vengeance de cette même Vénus qui la torture pour forcer le cœur rebelle d’Hippolyte.
Suite à la disparition du roi, Aricie et le jeune prince, se déclarent leurs sentiments d’amour. Toutefois une vérité tragique va frapper Hippolyte.  Phèdre l’affronte et avoue la passion qu’elle éprouve pour lui. L’un et l’autre, en gardant le silence sur leur face-à-face, se feront complices d’un même secret fatal.
Contemporanéité, les Dieux veulent le retour de Thésée, que l’on croyait mort.
Hippolyte est accusé par Phèdre de cet amour incestueux. Malgré ses explications, il ne parvient pas à convaincre son père de son innocence. Thésée, alors, appelle sur sa tête la malédiction de Neptune. Théramène, relate la mort d’ Hippolyte.
A la mort du jeune prince, le remord de Phèdre la conduit à s’empoisonner. Toute vêtue de blanc, elle rentre sur scène et meure pour laver son péché.
La pièce s’achève sur des images sanglantes…
C’est ce que l’on attend d’une tragédie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *