La collection Rosengart ou quelques heures d’évasion au fil des œuvres

Etablie à Lucerne, la Collection Rosengart offre à ses visiteurs la possibilité de contempler des tableaux de grand prestige dans un cadre chaleureux et agréable.

A quelques pas de la gare de Lucerne, le long de la large rue commerciale de la « Pilatusstrasse », se dresse sobrement l’édifice dont se détachent les grands noms du monde de la peinture et qui abrite la partie la plus récente de la Collection Rosengart. Cette exposition offre une multitude de toiles dans lesquelles les yeux s’égarent avec délectation. Des œuvres de Monnet, Cézanne, Renoir, Miro, Kandinsky, Picasso et d’autres encore défilent dans un tourbillon de formes et de couleurs, surprenant le visiteur à chacun de ses pas. 125 tableaux et croquis de Paul Klee occupent à eux seuls l’un des trois étages de l’exposition et constituent ainsi l’élément principal de cette partie de la collection.

La partie la plus anciennement établie et consacrée uniquement à Picasso se trouve, quant à elle, au détour des ruelles pavées de la vieille ville. Ce « Musée Picasso » contient des œuvres assez tardives du peintre, de même qu’une sculpture, « La Femme au chapeau ». Une longue série de photographies noir-blanc, prises par le photographe américain David Douglas Duncan, dévoile le peintre dans sa vie quotidienne : dans sa maison, dans son atelier, en compagnie de sa femme Jacqueline, de ses enfants, de même qu’aux côtés des Rosengart, ses amis intimes, mais également dans des postures plus originales : prenant un cours de danse classique avec sa femme ou chassant un scorpion de sa baignoire, ce qui offre une touche d’originalité surprenante à des images déjà riches de vie artistique.

Cette collection résulte d’une passion commune d’un père et de sa fille pour le monde de la peinture. Siegfried Rosengart, marchand d’art et collectionneur, né à Munich en 1894, se voit confier par son cousin Heinrich Thannhauser, en 1919, la responsabilité de s’occuper d’une succursale des Galeries Thannhauser nouvellement ouverte à Lucerne. En 1937, S. Rosengart en devient propriétaire et celle-ci prend le nom de « Galerie Rosengart ». Très vite, Rosengart initie sa fille, Angela Rosengart, au métier qu’il pratique. Dès 1948, celle-ci s’implique de plus en plus dans la galerie et devient propriétaire de la galerie au même titre que son père. L’amitié qui les lie à plusieurs peintres tels que Picasso, Matisse ou Braque leur permet de poursuivre leurs activités, malgré les périodes de crise ou de guerre.

En remerciement de sa collaboration, Rosengart reçoit de son cousin une nature morte de Cézanne, tableau qui constitue la première pièce d’une collection pas même encore imaginée et auquel de nombreux autres viendront s’ajouter. Dès les années 50, les Rosengart décident de porter leur attention sur les œuvres de Picasso. Le peintre étant un de leur ami intime, il leur est possible de suivre les tableaux à travers leur élaboration. Leur choix s’arrête également sur Paul Klee, qu’Angela affectionne tout particulièrement. Comme ces artistes étaient encore peu appréciés du public, leurs toiles s’avéraient difficiles à vendre. En tel cas, elles étaient soigneusement conservées par les Rosengart, qui ne pouvaient se résoudre à s’en séparer. Il en fut ainsi pour une série de toiles de Picasso, ce qui aboutit, en 1978, à la création du « Musée Picasso », date à laquelle les tableaux furent offerts à la ville de Lucerne à l’occasion des 800 ans de la cité. Tout ceci contribua à maintenir vivace le nom de Rosengart aux côtés de celui de Picasso. En effet, la Collection Rosengart, dont la deuxième partie fut à nouveau le résultat d’une donation d’Angela en 1990 à la ville de Lucerne, n’offre pas uniquement des tableaux de prestige mais manifeste également la relation des Rosengart avec les peintres qu’ils exposent et leur engagement envers leur œuvre.
S. B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *