UNE ASSOCIATION SUISSE POUR LA SAUVEGARDE DES MEDECINES TRADITIONNELLES TIBÉTAINES AU ZANSKAR :

Les tibétains se désintéressant de plus en plus des médecines traditionnelles, c’est tout un savoir qui s’en va avec les anciens. Le changement de mentalité nécessaire pour sauvegarder ce patrimoine est le but de l’association fondée par le Suisse Pierre Odier qui cherche par tous les moyens à revaloriser ces pratiques traditionnelles.

Le Zanskar, grand comme les deux tiers de la Suisse, est une haute vallée de l’Himalaya indien dans la région du Cachemire, peuplée par quelques quinze mille tibétains nomades qui se sont sédentarisés lors de l’invasion chinoise au Tibet. En été on y parvient par des sentiers caravaniers culminant a plus de 5000 mètres ou par une piste traversant le Cachemire et le Ladakh ouverte de juillet à octobre. Le reste de l’année, la neige bloque les cols et la vallée est coupée du monde, l’accès n’est alors possible qu’en remontant un fleuve gelé entre mi-janvier et fin février. Contrairement au reste du Cachemire qui est une région majoritairement musulmane, le peuple du Zanskar possède une culture bouddhiste originale et un mode de vie proche du Tibet voisin. Cette philosophie, empreinte de sagesse et de compassion, témoigne d’un immense respect à l’égard de la nature et de tous les êtres vivants.

Les tibétains du Zanskar font face à un grave problème : la perte du savoir médical local. Les jeunes quittant la région pour se rendre dans des grandes villes comme Leh ou Dehli dans l’espoir de gagner un peu d’argent en devenant chauffeur de taxi ou serveur, les médecines traditionnelles disparaissent avec les anciens. Ce précieux patrimoine ne les intéresse plus, ils préfèrent se faire une vie dans le « monde moderne ». En raison de ce détachement, les médecins locaux ont décidé de fonder une association pour la sauvegarde de leur savoir. Un organisme français s’est lui aussi intéressé au problème il y a plusieurs années et, en plus d’envoyer des fonds à l’association tibétaine, il fit construire un dispensaire pour que les locaux puissent y pratiquer leur médecine naturelle. Mais faute de voir une évolution dans les mentalités et des résultats positifs de leurs investissements, l’organisme a arrêté son activité au Zanskar.

Il y a quinze ans Pierre Odier, habitant d’Hermance à Genève et passionné par la culture tibétaine, accompagnait son ami Gilbert Leroy pour tourner un film au Zanskar. Il réalise alors le grand problème de la perdition de pratiques importantes et il décide d’aider lui aussi les Tibétains en créant sa propre association pour récolter des fonds destinés à soutenir toutes formes d’aide à la protection, au développement et à la transmission des médecines traditionnelles indo-himalayennes. Par son association, Pierre Odier cherche à mettre en oeuvre tous les moyens utiles et nécessaires à perpétuer le savoir médical local et à revaloriser le patrimoine et  la mémoire des populations tibétaines liés aux médecines traditionnelles du pays. Concrètement l’association sponsorise une dizaine de jeunes du Zanskar qui font des études dans de hautes écoles en Inde et qui ensuite reviendront chez eux pour permettre de développer les médecines naturelles. Ella a aussi permis de faire construire un deuxième dispensaire à coté de celui construit par l’organisme français, permettant ainsi d’assurer une permanence médicale et d’accueillir de plus en plus de patients. De plus, des jeunes médecins y sont envoyés pour faire des stages et apprendre le savoir traditionnel des anciens. Avec les fonds que l’association récolte, Pierre Odier achète aussi des plantes médicinales que l’on ne trouve que dans d’autres régions. Le prochain objectif est de mettre en place un champ à coté des dispensaires pour que ces plantes puissent être cultivées sur place.

Pierre Odier explique l’importance de préserver les médecines naturelles : « elles sont plus efficaces, le mal est traité différemment chez chacun en fonction de l’évolution de la maladie, les guérisons sont plus longues mais plus sûres ».  Il ajoute : « Aujourd’hui on commence dans notre société à voir tous les méfaits des médicaments et cherchons à revenir aux médecines naturelles. Au Zanskar les gens sont encore purs. Il faut sauvegarder leurs pratiques. Il est bien plus facile de préserver une médecine existante que d’y revenir une fois qu’elle a disparue ».

Aujourd’hui, Pierre Odier est content de voir les premiers résultats de son investissement : de plus en plus de patients sont soignés au dispensaire et les habitants du Zanskar devenus ses amis lui en sont très reconnaissants. Il reste conscient qu’un changement de mentalité est long mais continue dans cette voix et espère encore beaucoup de l’association.
Mélanie Bernasconi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *