Le grand retour au naturel

Acupuncture, homéopathie, iridologie, mésothérapie, ostéopathie, hypnose – autant de pratiques de médecine alternative qui sont très en vogue. Mais qui sait de quoi il s’agît précisément ? Eclairage et explications.

Utilisée depuis plus de 5000 ans l’acupuncture est une science originaire de la Chine qui est à la fois naturelle et empirique. Souvent elle est utilisée conjointement à la médecine occidentale. Se basant sur le principe du Yin et du Yang, deux parties opposées existantes dans tous les phénomènes et objets, l’acupuncture considère le corps dans son ensemble. Elle ne se limite pas à étudier les symptômes. Un diagnostic peut durer une heure et demie et étudie chaque aspect de la santé. La langue, les différents pouls, la palpation de certains points stratégiques du corps, ainsi que les méridiens permettent de déterminer la cause initiale du problème. Les aiguilles, qui sont très fines, sont placées à certains points stratégiques afin de faire circuler l’énergie vitale et de rétablir l’équilibre entre Yin et Yang.
L’allemand Dr. Samuel Hahnemann (1755-1843) est à l’origine de la médecine homéopathique.  Le principe fondamental de l’homéopathie est le principe de la « similitude ».
Les symptômes du patient sont guéris avec une substance qui est capable de les provoquer chez une personne. Ces substances sont très diluées et vont stimuler l’organisme à mobiliser ses propres forces de guérison. Chaque patient a néanmoins besoin d’un traitement individualisé, prenant davantage en compte les caractéristiques du patient que celles de la maladie. Dans l’homéopathie, la reconnaissance des causes émotionnelles ou des souffrances psycho-émotionnelles comme origine des maladies physiques est importante. L’homéopathie est aujourd’hui, officiellement, discréditée par les autorités médicales, ce qui ne l’empêche pas de rester très largement utilisée y compris par des médecins dont le sérieux n’est pas contesté.
L’iridologie est avant tout une méthode diagnostique. Elle consiste à lire sur l’iris les signes de certaines maladies de l’ensemble de l’organisme. Les signes oculaires peuvent révéler une histoire complète des maladies antérieures et traitements déjà reçus. Cette technique permet aussi de connaître davantage les prédispositions génétiques de l’être humain. Pour le médecin l’iridologie  est surtout une aide qui peut confirmer les hypothèses du bilan de santé.
L’Hypnose est un état de concentration et de relaxation qui permet à l’Inconscient, d’être plus réceptif qu’à l’état normal de « veille ». On peut distinguer l’hypnose traditionnelle de l’hypnose Ericksoniennne. L’hypnose traditionnelle est basée sur la suggestion. C’est l’hypnose que pratique les hypnotiseurs lors de leurs spectacles. L’hypnose Ericksonienne, à l’inverse, est basée sur des états de relaxation plus ou moins profonds et sur la participation active du patient. Par le biais d’une conversation ou de langage symbolique, le thérapeute guide l’inconscient du patient pour lui permettre de trouver des solutions à ses problèmes.
L’intégrité et le libre-choix de la personne sont entièrement respectés. Le traitement de la douleur et des dépendances sont des domaines d’application principales de l’hypnose. Tout le monde est hypnotisable mais les moyens d’accéder à cet état vont différer selon les personnes.

La mésothérapie est une technique de traitement qui consiste à administrer des médicaments par micro injections dans la peau, à proximité du problème que l’on veut traiter. Cela évite aux substances de passer dans le sang et d’aller dans l’estomac ou le foie. Ces organes sont ainsi préservés et ne risquent pas d’être abîmés par des médicaments agressifs. On peut ainsi effectuer des traitements localisés en utilisant des quantités infimes de produits, évitant ainsi dans la quasi totalité des cas les effets secondaires habituels. Des patients plus âgés, ou ayant d’autres maladies, ou  ne supportant pas les médicaments peuvent ainsi être traités.
L’ostéopathie est une pratique qui s’appuie sur la main comme outil et sur la palpation comme moyen pour rechercher les dysfonctions de mobilité et de motilité. L’hypothèse de base est que toute perturbation « mécanique » du corps, comme un mauvais placement des os ou des viscères, entraîne des répercussions sur le fonctionnement global du corps, allant de douleurs localisées, articulaires, jusqu’aux migraines et aux maladies infectieuses. Pour traiter ces perturbations mécaniques, on utilise des techniques exclusivement  manuelle. Ces sont soit des manipulations directes, soit des mobilisations par techniques de contractions musculaires.
Les pratiques médicales et thérapies naturelles sont nombreuses. Entre médecine chinoise, qi gong, shiatsu, herboristerie et phytothérapie, il faut d’abord se retrouver. Puis, il faut choisir laquelle des médecines alternatives convient le mieux pour un problème où on ne veut ou peut pas requérir à la médecine traditionnelle.
Steve Remesch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *